QUAND LES CARTES DE LA COUR NE ME FONT PAS LA COUR...


... Ou, en d'autres termes - si vous êtes comme moi - les cartes de la cour vous paraissent souvent abstraites, floues et ne vous parlent pas franchement dans un tirage (pour ne pas dire que c'est même à se demander carrément à quoi elles servent - à part à être juste jolies). J'ai eu envie de rédiger cet article car, d'une part, j'ai remarqué que j'étais loin d'être la seule dans cette situation et, d'autre part, après avoir lu l'excellent livret du Tarot des Druides, qui m'a donné une sorte de déclic pour bien comprendre leur signification.
Puis, je me suis demandée de quelle façon je pourrais essayer de retranscrire tout ça (pour ne pas rendre ça aussi soporifique qu'un épisode de Très Pêche à 3 h du matin sur la chaîne Chasse et Pêche). Ainsi, comme j'aime bien le faire quand je me sens bloquée dans ma créativité (donc tout le temps 😀), au moment de me coucher, juste avant de sombrer dans Morphée Land, je demande à recevoir de l'inspiration. Et, à ce moment-là, j'ai vu mentalement les cartes de la cour parler. Et je me suis dit que oui, faisons-les parler, mettons-les en situation. Et de fil en aiguille, un petit conte m'est venu. Que voici...

Il était une fois, au Pays de Taroland (hum hum), résidait un Empereur dont l'Empire se divisait en quatre contrées:

- A l'Est, on rencontrait la première contrée, d'où s’élevaient de hautes montagnes, froides et enneigées à l'air pur. Son élément était l'Air, justement, et son symbole, une Épée (la légende raconte que cette épée était si rapide et affutée qu'elle était capable de fendre l'air). Ses habitants étaient des êtres grands, très minces, à la réflexion rapide et un peu éthérée (si rapide qu'elle pouvait en oublier, du coup, de prendre en considération des informations d'ordre émotionnel ou plus concrètes). On y trouvait entre autre les penseurs, les philosophes, les juges, les visionnaires, les scientifiques...

- Au Sud, se trouvait la deuxième contrée, sèche et aride, dont l’élément était le Feu et dont le symbole était une Baguette. On disait de ses habitants, aux silhouettes agiles et élancées, qu'ils avaient "le sang chaud" car ils étaient animés d'une fougue hors norme. Ils étaient de vrais conquérants, militaires sportifs, vaillants et courageux, mais menaient toujours le combat avec justesse,

- A l'Ouest, la troisième contrée était le domaine de l'eau, dont cette dernière en était logiquement l’élément. Dans chaque habitation se trouvait une Coupe en hommage aux nombreux paysages aquatiques composés de lacs, de rivière, de marécages et d'océan de la région. Tous connaissaient la profondeur et l'intensité du pouvoir de l'eau qui inspirait le plus grand respect. Ainsi, pour ne pas se sentir submergés par lui, ils avaient acquis une très grande sensibilité et présence à eux-même. C'était un peuple empreint de sérénité et de sagesse composé de conseillers diplomatiques, guérisseurs, médecins, représentants spirituels, artistes...

- Au Nord, s'étendait enfin, à perte de vue, la dernière contrée, composée de forêts luxuriantes et de champs de blé. Son élément était la Terre et son symbole un Pentacle. Ses habitants, plutôt petits et bien charpentés, prospéraient grâce à leurs talents agricoles et commerciaux. Connectés aux arts de la Terre, on y trouvait des agriculteurs, enseignants, artisans, banquiers...

Chaque contrée était placée sous l'autorité d'une famille de gouverneurs composée d'une Princesse, d'un Prince, d'une Reine et d'un Roi, qui, elle-même, était placée sous l'autorité suprême de l'Empereur.

Un beau jour, l'Empereur consulta la cartomancienne de l'Empire, qui s'appelait Grimoire de Tarot (oh ben, oui, quoi 😁), dans laquelle il plaçait toute sa confiance (😁😁) du fait de ses prédictions toujours exactes et précises et de plus il la trouvait très belle (bon ok, j'arrête roooo). Habituellement, les prédictions étaient favorables et auguraient d'un futur harmonieux. Or, ce jour-là, il ressortit bouleversé de sa consultation. Grimoire de Tarot (😎) lui avait annoncé qu'une sombre menace planait au-dessus de l'Empire mais ne pouvait pas en dire plus pour le moment.

Ébranlé, l'Empereur convoqua alors en urgence les quatre familles de gouverneurs pour les tenir informées de cette terrible prédiction d'une part, mais également pour discuter de la meilleure conduite à tenir face à elle. Cette fois-ci, à situation différente, il modifia ses habitudes. Au lieu de consulter tous les membres d'une famille ensemble, il souhaita s'entretenir avec chaque rang de chaque famille, pressentant que le point de vue d'une princesse serait sûrement bien différent de celui d'un Roi... En effet, il savait intuitivement qu'il aurait face à lui 16 personnalités différentes, toutes enrichissantes et à exploiter.

Et nous retrouvons donc l'Empereur qui entra dans une belle salle du palais retrouver les Princesses (ou Valets dans les autres jeux). Et voici donc un extrait de leur discussion:

Les Princesses étaient assises de part et d'autre d'une table rectangulaire. Les Princesses d’Épées et de Baguettes faisaient face à celles de Coupes et de Pentacles. L'Empereur expliqua alors la raison de leur convocation. Un silence s'abattit. Princesse d'Epées prit alors la parole:
-  Ce  n'est qu'une prédiction. Est-ce vraiment crédible ? 
- Ne remet pas en cause cela, si tu te connectais à toi-même, tu comprendrais que tout ne s'explique pas toujours avec des mots ou des pensées, objecta Princesse de Coupes.
- Tss Tss, l'énergie ne ment pas. Si Grimoire de Tarot a senti quelque chose, elle a senti quelque chose. Empereur, dit-elle en se tournant directement vers lui, je vous propose de commencer à lever une armée, prête à nous défendre, argua Princesse de Baguettes avec fougue.
- Pour ma part, je pense qu'avant toute chose, il nous faut nous assurer des moyens à notre disposition, tempéra Princesse de Pentacles.

L'Empereur assista à la joute verbale qui s'ensuivit durant laquelle il constata que chaque Princesse, selon sa famille d'origine, envisageait le problème sous différents angles.
Princesse d'Epées avait tendance à énumérer tout un tas d'idées sans réfléchir vraiment à leurs conséquences et à mener une enquête intérieure afin de tenter d'en savoir plus sur cette possible menace, tandis que sa voisine, Princesse de Baguettes, proposait des actions à entreprendre (mais sans mode d'emploi concret), mue par un enthousiasme grandissant que la perspective de stimulation faisait naître en elle. On pressentait chez elles, toutefois, une envie d'action et de faire leurs preuves, un peu comme si elles avaient été entrainées toute leur vie à cet instant qui arrivait enfin. 
Princesse de Coupe, en revanche, avait tendance à s'intérioriser. Elle gardait le silence, absorbée par la vague d'émotions qui montait en elle. Elle s'isola même sur le balcon de la suite afin de s'éloigner du tumulte grandissant qui commençait même à l'angoisser.
Princesse de Pentacles, de façon calme, stable et assurée, répétait, pour tenter de refréner les ardeurs des deux premières, qu'il valait mieux se calmer et se poser pour tenter d'y voir plus clair.

L'Empereur hocha la tête à toutes ces propositions. Il se dit néanmoins qu'au sortir de cette entrevue, s'il disposait d'une foule d'idées, telles des étincelles éclatant de toutes parts, il n'y avait aucun plan d'action concret à mettre en œuvre. Il remercia les Princesses (qui retournèrent sur leur téléphone pour discuter sur Snap... sorry j'ai pas résisté 😀), pour entrer dans la salle où trônaient les Princes (ou Chevaliers ou Cavaliers selon les jeux).


Au contraire de l'ambiance studieuse (pour ne pas dire scolaire) de la salle où se trouvaient les Princesses, l'Empereur fut frappé, dès son entrée, par l'atmosphère électrique qui régnait dans la pièce. Bien qu'une longue table était à la disposition des Princes pour s'asseoir, il constata que seul celui de la famille des Pentacles s'y était installé, à l'inverse des trois autres, angoissés, incapables de tenir en place. Il prit place sur son trône.
Sans attendre, Prince de Baguettes lança:
- Empereur, il faut donner l'ordre à nos troupes armées de nous regrouper. La meilleure stratégie, c'est l'attaque ! Nous devons frapper avant que l'ennemi ne nous atteigne. Les troupes de la contrée du Sud n'attendent qu'un signe de votre part ! Nous pouvons dépêcher aujourd'hui même un messager à leur intention, et faire parvenir un autre aux autres contrées pour qu'elles se préparent enfin.
- Oui, Prince de Baguettes, je suis d'accord avec vous, il faut nous battre, mais on ne peut pas lever une armée à l'aveugle. Il faut réfléchir à une stratégie. Il nous faut garder une position de défense et non pas d'attaque agressive. Nous nous défendons, nous n'attaquons pas. Gardez cette nuance en tête, s'il vous plait, vous êtes trop stimulé, coupa Prince d'Epées.
- Absolument pas. Moi j'ai le courage avec moi !
- ... ou les muscles mais sans la tête qui va avec pour réfléchir !
- Quoi ? C'est à moi que tu parles là ?!
- S'il vous plait, s'il vous plait, gardez la tête froide, Messieurs. Dans la cas d'une guerre, il faut penser en priorité au peuple et à leurs souffrances. C'est très dur à supporter pour tous. Écoutez ce que votre cœur et vos émotions vous dictent de faire, ils ont toujours raison. Ils sont notre carte, notre boussole intérieure. Je ne pense pas qu'il faille agir de suite, souffla le Prince de Coupes.
- Prince de Coupes a raison. Il faut poser l'action juste au bon moment. Il faut, tout d'abord, nous organiser, en réunissant, par exemple les Intendants des quatre Contrées afin de discuter de ce que chaque Contrée peut fournir à l'effort commun. Nous devons faire un inventaire de toutes les réserves financières, agricoles, alimentaires de chacune, afin de mesurer ce qui est à notre disposition et donc, nos forces. Ce peut être une tache longue et fastidieuse.

L'Empereur écouta avec grande attention toutes les suggestions qui lui étaient offertes. Il estima, néanmoins, que tant d'énergie, de hargne et de fougue à poser absolument une action n'était peut-être pas la réponse juste à apporter dans la situation présente. Bien qu'il nota la progression entre les Princesses qui énuméraient de simples idées ou concepts sans juger de ce que celles-ci impliquaient en terme d'organisation derrière, il n'était pas plus convaincu intuitivement par les actions à poser, trop fortes, proposées par les Princes. Il sentait leur jeunesse et leurs envies de faire leurs preuves, leurs savoirs théoriques, mais il ne percevait aucune expérience sur laquelle ils pouvaient réellement s'appuyer et donc, l'efficacité de leurs propositions.

Il décida donc de consulter les Reines...

Les Reines étaient regroupées autour d'une table ronde. Leur tranquillité apparente fit du bien à l'Empereur après l'énergie tempétueuse des Princes. Il leur annonça ainsi qu'il sollicitait d'elles des conseils pour affronter au mieux ce qui s'annonçait:
- Empereur, je pense que nous en savons trop peu à l'heure actuelle pour faire quoi que ce soit. Il faut tenter de définir si nous sommes vraiment face à une menace et, si oui, à quel genre nous avons à faire avant de penser à quoi que ce soit d'autre. Comment pouvez-vous élaborer une stratégie sans les données de base ? On ne combat pas pareillement un dragon qu'une pluie diluvienne. Il faut revoir Grimoire de Tarot et la questionner pour entendre exactement les mots de sa prédiction, annonça lucidement Reine d'Epées.
- Tout à fait. Par exemple, il ne servirait à rien de lever une armée au sol si le danger devait se situer dans les airs, approuva Reine de Baguettes.
- Mes Reines, j'attire votre attention sur le fait que les prédictions de Grimoire de Tarot résultent d'un don et non d'un pouvoir. On ne peut pas invoquer sur commandes les ressentis... Mais je souhaite renforcer votre idée, à savoir de ne pas lever une armée sans y avoir mûrement réfléchi. Cela signifierait en effet réquisitionner les hommes, les séparant ainsi de leur famille. Et une armée mélancolique est bien plus faible si elle n'a pas un but ou un idéal à préserver, objecta Reine de Coupes.
 - Reine de Coupes a raison dans la mesure où si vous séparez hâtivement les hommes des foyers, comment pourrons-nous continuer les travaux des champs ? Nous sommes près de Lugnasadh, en pleine saison des récoltes. Lever cette armée entrainerait d'autres conséquences comme passer un hiver avec des greniers à moitié remplis, renforça Reine de Pentacles.
- Empereur, vous savez tout comme nous que les prévisions sont réalisées à un instant précis et que l'instant d'après, le futur peut déjà avoir changé. Je vous suggère de laisser le problème se résoudre de lui-même. Vous savez que le temps vous dira tout ce que vous souhaitez savoir aujourd'hui, proposa Reine de Coupes.

L'Empereur reconnut la très grande sagesse des Reines et les salua de ses respectueux hommages. D'une énergie plus mûre et posée, elles faisaient preuve d'une réflexion et d'un recul qui le rassérénait. Définitivement, on avait raison de dire que derrière chaque grand roi se cachait une reine... Néanmoins, s'il y voyait bien plus clair dans l'attitude à adopter, il n'avait encore réussi à ne dégager aucune ébauche d'action qui ne le convainc. Pour cela, il comptait sur les Rois...


Il passa dans le dernier salon dans lequel étaient rassemblés les Rois. Discutant entre eux de façon chaleureuse, un verre à la main devant un buffet, ils ne semblaient pas angoissés outre mesure. Ils saluèrent l'Empereur avec tous les honneurs dû à son rang mais avec une fraternité enjouée, tel un ami. Entrant dans le vif du sujet, Roi de Pentacles, se rapprocha de lui pour lui demander:
- Alors, Empereur, pourquoi nous avoir réunir, aujourd'hui ? Quelle est donc cette histoire de danger inconnu imminent ?
Roi d'Epées s'approcha également en lançant, de façon sarcastique :
- D'ailleurs où est Grimoire de Tarot ? Ne devrait-elle pas être ici avec nous pour débattre ? Pour ne rien vous cacher, Empereur, je suis sceptique face à ce genre de chose. Je n'y crois pas, où sont les faits factuels, les preuves ? (et se tournant vers le Roi de Coupes, les mains levées), avec tout le respect que je te dois l'Ami...
Avec douceur, Roi de Coupes lui répondit:
- Je comprends que tu n'y crois pas Roi d'Epées. Il y a des choses d'une conscience différente que des gens différents des tiens ne peuvent comprendre. Nous ne parlons pas tous le même langage, tout simplement. Ne t'attache pas au canal par lequel cette information est parvenue. Elle est là et c'est le principal.
Roi de Baguettes s’immisça en faisant la moue :
- Personnellement, je ne sais pas combattre les menaces fantômes et je ne me vois pas expliquer cela à mon peuple. S'il n'est pas canalisé, son énergie partira dans tous les sens. J'ai toujours été précis et honnête avec lui. Et cela ne changera pas. Je sais où le conduire. Mais si moi-même je ne connais pas la destination, je ne l’emmènerais raisonnablement nulle part.
- Exactement. Nous n'allons pas gaspiller nos ressources et réserves pour ce qui est,  à l'heure actuelle, rien, objecta Roi de Pentacles. Nous vivons une période abondante et paisible. Soyons prudents...
Il regarda ensuite tour à tour ses collègues et se tourna, en s'inclinant, vers l'Empereur pour lui annoncer:
- Empereur, je crois pouvoir parler au nom de mes collègues à savoir qu'en l'absence de tout éléments factuels, il nous est impossible de préparer une réponse adéquate. Cependant, soyez assuré que nous disposons de toutes les réserves, qu'elles soient humaines, logistiques ou militaires, que nous pouvons mettre à votre disposition le plus rapidement possible en cas de menace plus précise.

L'Empereur remercia chaleureusement ses Rois et se retira. 

Le lendemain, il souhaita retourner consulter Grimoire de Tarot pour tenter d'obtenir de nouvelles informations. 
A sa grande stupeur, elle lui annonça:
"Mon Bon Empereur, je sais que vous m'avez toujours témoigné d'une grande confiance et vous en remercie. Je dois cependant vous annoncer que je vous ai menti... Aucune menace ne se profile aux portes de notre Empire. J'ai été amenée à agir de la sorte pour vous inculquer une leçon fondamentale dans la vie: 

Tel le Valet, j'ai fait naître en vous l'idée,
Tel le Chevalier, vous avez fait naître en vous la grande énergie,
Telle la Reine, vous avez fait naître en vous la sérénité,
Tel le Roi, vous avez faire naître en vous enfin l'équilibre."

Elle se leva et le quitta, le laissant là, pensif. Un peu fâché de ce mensonge, mais reconnaissant.

**********
En Résumé:

Le Valet débute son chemin, il émet des idées, qui germent en lui. C'est l'énergie du commencement (à différencier des As  dans la mesure où ces derniers représentent l'essence brute de la famille). 
C'est une énergie Yang et Féminine: on a les idées mais on ne les concrétise ou matérialise pas.

Le Chevalier a intégré les idées et l'expérience du Valet et monte d'un cran. Maintenant, il veut mettre en pratique, expérimenter et agir pour passer du théorique vers la (sa) pratique.
C'est une énergie Très Yang et Masculine: on a les idées et on veut les concrétiser à sa façon.

La Reine a expérimenté et tiré les leçons du Valet et du Chevalier (l'idée et l'expérience). Elle tempère maintenant car, ayant vécu des situations déplaisantes (on expérimente toujours ce qu'on ne veut pas pour savoir ce que l'on veut), elle a  compris et intégré que chaque idée n'est pas forcément bonne à mettre en œuvre, qu'il faut la passer au tamis d'autres critères que ceux du Chevalier, qui ressent une impulsion brute. 
C'est une énergie Yin et Féminine, portée vers l'intérieur. On revoit ses idées et on ne concrétise donc rien. Le travail se situe dans la profondeur de l'intériorité. C'est une grande force, néanmoins.

Le Roi, lui, a intégré les 3 autres et en est le résultat. Il reconnait ses idées et nouveaux désirs, a des idées d'actions pour les mettre en œuvre, bénéficie de l’énergie de la Reine pour réfléchir aux éventuelles conséquences et pose ainsi l'action juste. Il maîtrise maintenant parfaitement l'élément de sa famille. 
C'est une énergie Yin et Masculine: il a la profondeur, le recul et la maturité pour matérialiser dans la matière une action équilibrée dans ses énergies.

Ne vous laissez pas tromper par les appellations Valet-Chevalier-Reine et Roi. 
Ces appellations moyenâgeuses rappellent simplement la hiérarchie dans la maîtrise de l’énergie de la famille.
***

(Mais, surtout, ne vous arrêtez pas à cette analyse. Comme je vous y encouragerai TOUJOURS, écoutez votre intuition. Si vous sentez que la carte personnifie une personne physique, cela est tout aussi valable. En cartomancie, tout est possible et juste, du moment que cela provient de votre intuition)

PS: N'hésitez pas à me dire ce que vous avez pensé de l'attitude de Grimoire de Tarot 😉 Elle a personnifié le Valet en semant la graine d'une possible menace dans l'esprit de l'Empereur, qui, mu par l'énergie de son angoisse, a agi de façon un peu impulsive en convoquant illico presto les quatre Gouverneurs. Telle la Reine, il a consulté et s'est inspiré des 16 personnalités qu'il avait face à lui, 16 personnalités influencées par leur rang et leur famille, pour bénéficier de leurs expériences et points de vue et, pour enfin, suivre l'énergie équilibrée et unifiée des 4 Rois ensemble.

RePS: Bon ok, Grimoire de Tarot était sa belle-mère, c'est pour ça qu'il ne l'a pas occis à la petite cuillère.
😉

Commentaires

  1. Whouaou!!! Quel boulot! Comme j'aurais aimé lire cet article il y a quelques mois, lorsque les personnages de la cour me laissaient tellement perplexe (j'en étais à espérer qu'ils ne tombent pas dans un tirage! hihi!).
    Ceci dit, j'ai adoré le lire aujourd'hui! Je le trouve très juste (en tout cas ça me parle bien! ;-)).
    Ca donne envie de prédire à la cartomancienne canon Grimoire de Tarot une jolie bénédiction planant au dessus de son blog!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Grimoire de Tarot7 novembre 2019 à 22:02

      Ah, mais comme ton commentaire est sympa ! Il m'a beaucoup touchée <3 Pour moi aussi, les personnages de cour m'ont pendant longtemps laissée perplexe. En fait, je crois qu'il faut constamment ajuster la vision qu'on a d'eux jusqu'à bien pouvoir les saisir. Ravie que mon petit conte t'ait plu ;-)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire